Vallée du Rhône

En suivant le Rhône, de Lyon à Avignon, on découvre l’un des plus anciens vignobles de France (qui donna autrefois un vin gallo-romain) et l’un de ses plus vastes (le second après Bordeaux en volume de production). La taille du vignoble est de 75 000 hectares classés en AOC. La production (9% du vignoble français) se répartit comme suit : 79% de vins rouges, 14% de rosés et 7% de blancs secs.

Le vignoble Côtes du Rhône est partagé en 2 zones : la partie septentrionale au nord (de Vienne à Valence) et la partie méridionale au sud.

Les vignobles septentrionaux sont cultivés sur des coteaux escarpés surplombant la vallée, où un sol de granit prédomine. Une toute autre configuration pour les vignobles méridionaux puisqu’ils sont cultivés dans la plaine ou sur de faibles reliefs, avec des sols très divers (principalement calcaire, argile, sable, cailloux roulés). Les vignes y bénéficient d’un climat de type tempéré-méditerranéen : ce climat chaud et sec ainsi que le Mistral conviennent particulièrement bien à un mode d’exploitation biologique.

Les vins rouges du Rhône proviennent de nombreux cépages, dont les principaux sont les fameux « GSM » : Syrah (fruits noirs, réglisse), cépage unique des appellations emblématiques de la partie septentrionale des Côtes du Rhône (Côte Rôtie, Hermitage, Cornas…); Grenache (cerise noire, poivre, épices), cépage d’origine espagnole couvrant plus de la moitié de l’encépagement total du vignoble méridional, il est le cépage roi du Châteauneuf du Pape; Mourvèdre (fruits noirs, animal), d’origine catalane.

BIO : près de 11% des surfaces du vignoble sont engagées (certifiées ou en conversion) en viticulture biologique (source : En magnum, juin 2016). Sur le plan géographique, c’est de loin le Vaucluse (Châteauneuf du Pape, Gigondas, Vacqueyras) qui fait office de chef de file du bio dans la Vallée du Rhône.

Voici les 4 résultats